Hors-série #4 : L'histoire de mon cheminement

En 3 petites notes

Hello c’est Ulysse !

Je n’ai encore jamais raconté cette histoire en entier dans ma newsletter.

Laissez-moi reprendre la chronologie de mon cheminement.

Fin 2018, ma startup arrive au pied du mur. Je décide de partir réfléchir en Amérique du Sud.

De là, j’entame une introspection désorganisée. Je me pose des questions un peu au hasard pendant les longues heures de bus au Pérou.

Des questions du type :

  • Quelles ont été les erreurs commises ?

  • Quels sont les métiers que j’aimerais faire ?

*Le bus arrive*
*J’enfile mon bâton de pèlerin*

Pendant ces trajets, j’ai griffonné trois notes.

La première, c’était la liste des erreurs à ne plus refaire dans ma prochaine aventure entrepreneuriale. Je vous en reparlerai un peu plus tard.

La seconde, c’était une liste de métiers qui pourraient me faire kiffer.

Je l’ai retrouvé, et elle ressemble à ça :

  • Astronaute

  • Agent secret DSI

  • Grand reporter

  • Acteur

  • Chroniqueur Radio

  • Animateur Télé

  • Voix off

En quête de sens dans mon travail, j’avais également noté quelques organismes :

  • ESA

  • CNES

  • ONU

  • Action contre la faim

  • Les JO

La troisième note avait pour titre “Experiences YouTube”.

On y retrouve une liste de 64 idées de challenges à relever comme :

  • Ne pas parler pendant une semaine

  • Faire du stand-up

  • Aller à Kiev en stop

  • Battre une ceinture noire au judo

  • Passer le permis bateau

  • Passer le galop 1

  • […]

  • Apprendre les drapeaux de tous les pays

  • Jongler à 5 balles

  • Battre un 1 700 Elo aux échecs (1700… je manquais d’ambition)

  • Apprendre les 100 premières décimales de Pi (100… je manquais clairement d’ambition)

Vous pensez connaître la suite ?

Pourtant, nous sommes tout juste début 2019.

En rentrant de mon voyage, j’ai commencé par travailler sur la première note : mon plantage.

Comme thérapie, j’ai décidé de rédiger un article “On s’est bien planté”, afin de tourner la page.

Je m’y mets un soir. J’écris pratiquement toute la nuit.

Le lendemain, je le publie sur Medium, et j’en fais un post Linkedin. Je n’avais aucune attente. La publication n’était même pas optimisée.

Quelques heures plus tard, la machine commence à s’emballer.

Mon post atteindra près de 500 000 personnes.

L’article sera lu plus de 70 000 fois sur Medium, puis repris par Maddyness, la Tribune, les Echos, etc…

De mon côté, je suis passé d’un agenda vide à des centaines de personnes souhaitant me parler.

Comme j’étais dans une phase exploratoire, j’ai décidé d’échanger avec tout le monde. Après tout, peut-être que ces appels me donneront des idées…

J’ai rempli mon agenda de calls de 30 minutes pendant 3 semaines.

On y retrouvait 4 types de personnes :

  • Des entrepreneurs qui avaient vécu la même chose et qui voulaient échanger sur cette expérience.

  • Des entrepreneurs qui sentaient que le mur approchait et qui voulaient mon avis sur leur situation (souvent le mur était plus proche qu’ils ne l’imaginaient).

  • Des entrepreneurs qui se lançaient et qui cherchaient des conseils sur les erreurs à ne pas commettre.

  • Des entrepreneurs qui voulaient me recruter.

Dans cette dernière catégorie, j’ai échangé avec plus de 40 entreprises qui me proposaient des jobs.

Un élément est alors entré en compte : l’argent.

Disons-le clairement, j’étais fauché.

La pression financière se faisant sentir, j’ai sauté sur ces opportunités. Je suis allé passer des entretiens à Paris avec les startups qui m’intéressaient le plus.

J’ai eu une première offre, puis une deuxième, une troisième…

Là, je me suis dit qu’il fallait que j’aille dans une startup dans la phase de croissance que je n’avais pas connue.

J’ai choisi HireSweet, et j’ai commencé une semaine plus tard.

Le déménagement à Paris s’est fait dans la hâte. Je me retrouvais alors dans le Marais, sur un poste clé d’une startup qui allait faire le Y Combinator.

En oubliant mes deux autres notes, j’ai commis une erreur de jugement. Je me suis précipité et j’ai adapté mon lifestyle à mon business.

J’ai réalisé cette erreur quelques mois plus tard. Cela ne veut pas dire que je regrette ce choix. Il m’a permis de comprendre beaucoup de choses.

Certes, j’avais un bon job, un bon salaire, et je vivais dans un très beau quartier, mais j’avais oublié l’essentiel : pourquoi est-ce que je faisais cela ?

Assez rapidement, j’ai senti que je n’étais pas à ma place. J’aspirais à un lifestyle différent, et que je n’utilisais pas mon temps comme je le voulais vraiment.

Alors, j’ai recommencé de 0. Nous sommes fin 2019.

Je me suis replongé dans mon intérieur pour me poser les bonnes questions.

  • Qu’est-ce que je ne voulais pas faire ?

  • Où est-ce que je voulais vivre ?

  • Avec qui ?

  • Comment voulais-je utiliser mon temps ?

En ouvrant mes anciennes notes, j’ai retrouvé cette liste de métiers, et surtout, ces idées de challenges.

J’ai commencé à structurer un peu plus mon introspection.

À ce moment-là, je vois qu’Alex Vizeo, un youtubeur voyage que je suivais depuis des années, veut se reconvertir dans le coaching en personal branding.

Je lui ai envoyé un message qui ressemblait à : je suis dans une phase de réflexion, tu lances tes coachings, je veux bien être un cobaye archi motivé (en échange de quelques tuyaux sur l’entrepreneuriat et le growth hacking).

On s’est appelé, on a accroché, et il m’a donné des exercices pour travailler sur moi.

J’en profite, il vient de lancer la Vizeo Academy, avec un ebook de 120 pages de conseils en personal branding (pour la modique somme de 0€ - à prendre ou à prendre).

J’ai alors décidé de structurer et de documenter mon introspection.

J’ai commencé petit à petit à cerner le lifestyle que je désirais et à dessiner les contours du projet qui allait me faire vibrer.

Le point de départ ? La fameuse troisième note.

Cette fois, j’ai pris la phrase dans l’autre sens : comment créer un business autour du lifestyle que l’on désire ?

Une semaine plus tard, je discutais avec le CEO d’HireSweet de mes nouvelles aspirations.

J’ai été agréablement surpris par sa compréhension. Il m’a proposé une sortie rapide avec une rupture conventionnelle que j’ai acceptée.

Fin mars 2020 : World, wait for me !

Nope. Hello Covid-19.

Ce n’est pas grave, même confiné, je vais commencer à me challenger.

Je crée une nouvelle liste, puis je m’attaque au challenge de mémoriser les 1000 premières décimales de Pi.

Il fallait frapper un grand coup.

Deux semaines plus tard, mon premier challenge est en ligne. Le son est pourri, mais j’en suis fier.

Second challenge : Lire 100 livres de développement personnel.

Après avoir parcouru tant de conseils qui venaient de l’extérieur, j’ai décidé de me mettre à méditer et de poursuivre mon introspection à l’intérieur.

Pendant 6 mois, j’ai exploré de nombreux aspects de ma personne qui m’étaient jusqu’alors très flous.

Durant tout le process, j’ai méticuleusement documenté mes réflexions et les ressources qui m’ont été utiles.

Puis, voyant la transformation, des abonnés ont commencé à me solliciter pour du coaching.

MaJ du 04/05/2021 :

Aujourd’hui, j’ai structuré une offre de coaching pour dépasser ses barrières mentales.

De plus, vous pouvez désormais vous procurer un atelier d’introspection en 33 niveaux pour apprendre à vous connaître.

C’est l’aboutissement de tout le travail que j’ai fait sur moi ces derrières années ainsi que de vos feedbacks.

J’espère que cela vous aidera à embarquer dans votre voyage interne !

Ulysse


Le saviez-vous ?

  • Vous pouvez explorer un atelier d’introspection pour apprendre à vous connaître.

  • Vous pouvez réserver un coaching pour dépasser vos barrières mentales.

  • Vous pouvez suivre les backstages des 100 challenges à travers le monde sur Instagram.

  • Vous pouvez lire toutes les newsletters dans les archives.

  • Vous pouvez soutenir le projet sur Patreon et accéder à des contreparties.


Quelqu'un vous a envoyé cet article ? Cette personne vous estime ! Abonnez-vous pour recevoir les prochaines éditions.