Challenge #31 : Créer un produit numérique

Les outils pour se lancer 🛠

Hola !

Ici Ulysse, en direct de Madrid. 🇪🇸

C’est bon d’être de retour en Europe !

Au plus je voyage, et au plus je me rends compte à quel point c’est cool d’être un citoyen européen.

Au plus je voyage, et au plus je me rends également compte qu’explorer, c’est aussi s’explorer soi-même.

Je vous ai déjà raconté l’histoire de mon cheminement dans le Hors-série #4.

Au début de cette aventure, il y a un peu plus d’un an, j’ai résumé 100 livres de développement personnel.

Ce faisant, j’ai mis le doigt sur le gros problème de cette industrie.

Je vous l’explique dans cette nouvelle vidéo :


Un problème qui compte

Lors du plantage de ma startup, je suis entré en introspection, et n’en suis jamais sorti. Cette quête de connaissance de soi est sans fin. Cela fait maintenant plus de 2 ans que j’en apprends un peu plus chaque jour.

Une de mes habitudes est de documenter tout ce que je découvre, d’où ces lignes.

À force de parler d’introspection, que ce soit dans les podcasts, mes vidéos, mes newsletters, mes posts sur les réseaux sociaux ou encore en story Instagram, j’ai commencé à recevoir de nombreux messages.

Il est clair que beaucoup de personnes ici sont en quête de sens.

Savoir dans quelle direction aller, ce n’est pas suffisant. Il faut effectivement mettre la marche avant. Là encore, il est flagrant que vous avez de nombreux blocages.

Voilà les résultats d’un sondage que j’ai proposé sur Instagram :

Est-ce que tu as des projets en tête pour le futur ?

  • OUI : 90% (300)

  • PAS ENCORE : 10% (33)

Penses-tu avoir besoin de plus d'argent pour te lancer ?

  • OUI : 52% (171)

  • NON : 48% (156)

Penses-tu avoir besoin de plus de compétences pour te lancer ?

  • OUI : 60% (195)

  • NON : 40% (130)

As-tu peur de l'échec ?

  • OUI : 59% (206)

  • NON : 41% (141)

As-tu peur du jugement des autres ?

  • OUI : 47% (162)

  • NON : 53% (183)

Es-tu de nature assez anxieuse ?

  • OUI : 58% (201)

  • NON : 42% (143)

Saurais-tu identifier tes barrières mentales ?

  • OUI : 49% (146)

  • PAS VRAIMENT : 51% (149)

Qu'est-ce que l'expression barrière mentale t'évoque ?

  • x15 : une croyance limitante

  • x11 : un frein

  • x10 : une peur

  • x5 : un blocage

  • x4 : limitation de soi, peur de l’échec

  • x2 : manque de confiance en soi, du gâchis, sa propre prison, conditionnement, biais cognitif

  • x1 : plafond de verre, esprit fermé, idées reçues, incapacité de prendre des décisions, entrave, etc.

Si pour chaque question les rapports sont de l’ordre du 50/50 (+ ou -10%), il est important de comprendre qu’il suffit d’une seule peur, que ce soit sur l’argent, la compétence, le jugement des autres, l’échec ou l’anxiété pour ne pas se lancer…

Et ainsi, on passe vite d’une personne sur deux à une personne sur beaucoup plus.

Ces résultats ne m’étonnent pas. Entre nos parents et nos profs, qui ont grandi dans un monde différent, et le modèle préconçu fabriqué par la société de consommation, il est très difficile de se sortir du moule. Il suffit de regarder comment l’école a été construite sur le modèle industriel pour comprendre.

Au plus j’apprends à me libérer de mes barrières mentales, et au plus je les vois chez les autres.


Vers la solution

Cette année, j’ai relevé en fil rouge un challenge particulièrement ambitieux : guider dans leurs questionnements les personnes de mon entourage.

Au début, j'envoyais des questions à mes potes.

Puis, c'est devenu un document que recevaient les abonnés de ma newsletter.

Enfin, j'ai décidé d'y mettre les formes et d'en faire un produit.

Il en a résulté un atelier d'introspection en 40 jours pour apprendre à se connaître.

Découvrir l'atelier d'introspection

C’est la concrétisation de tout le travail que j'ai fait sur moi ces dernières années, agrémenté des feedbacks des centaines de personnes qui s'y sont essayées dans de précédentes versions.

On parle souvent du mindset derrière l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je vais vous montrer concrètement comment je m’y suis pris.


Les outils que j’utilise

J’ai acheté le nom de domaine ulysselubin.com il y a quelques années. Je vous conseille de sécuriser le vôtre (par exemple sur OVH). On ne sait jamais de quoi demain sera fait !

J’ai développé mon premier site sans coder (ou presque) en utilisant Squarespace. Depuis, je suis passé sur Webflow. J’y ai transféré mon nom de domaine pour réduire au maximum la complexité.

Pour écrire cette newsletter, j’utilise Substack. J’aime beaucoup cet outil de mailing, car en plus d’être gratuit, il est minimaliste. À chaque fois que je vous envoie un mail, un article de blog est généré.

Si Substack propose un nom de domaine gratuit en nom.substack.com pour archiver les newsletters, il est également possible de le personnaliser pour plus de cohérence dans son branding. J’ai ainsi séparé la partie newsletter/blog vers le sous-domaine : 100.ulysselubin.com.

Cette manière de faire génère des contraintes de personnalisations liées aux plateformes. Substack impose par exemple à l’utilisateur une interface différente de celle de mon site web.

Ce n’est clairement pas le plus optimal niveau business. Si j’ai choisi cette configuration, c’est parce que c’est la plus simple, et j’aime quand les choses sont simples. #minimalisme

J’utilise également Sendinblue pour créer des séquences mails plus complexes.

Pour le reste, je suis abonné à la suite Adobe Creative Cloud. J’utilise principalement Premiere Pro pour le montage vidéo, Photoshop pour les miniatures, et Lightroom pour retoucher les photos. Je publie ensuite mes vidéos sur YouTube.

Pour la partie coaching, je redirige sur un Calendly. Cet outil se synchronise avec mon agenda (Google Calendar).

Le paiement est géré par Stripe, qui est intégré dans Calendly. Stripe me génère des rapports mensuels qui me permettent ensuite de déclarer mon revenu facilement à l’Urssaf via mon statut d’autoentrepreneur.

Lorsqu’un coaching est booké, cela crée un événement dans mon agenda avec les réponses aux questions (demandées avant le paiement), et le lien de la conférence Zoom associée.

Tout est géré automatiquement (jusqu’au mail de rappel avant la séance). Je n’ai qu’à ouvrir des créneaux quand je suis disponible. Ce setup est très facile à configurer.

Lorsque j’ai besoin d’envoyer des fichiers volumineux (comme l’enregistrement d’un coaching), j’utilise Wetransfer.

Après le coaching, j’écris un mail (via Gmail) avec une liste de passages à l’action et des ressources supplémentaires dont l’atelier d’introspection.

Update : Je ne prends plus de personnes en coaching pour le moment.

Pour le concevoir, j’ai utilisé Notion. C’est une plateforme qui permet d’organiser de la connaissance. Je l’utilise également à titre personnel pour classer mes idées.

Pour vendre l’atelier, j’ai branché mon site avec Gumroad. Cet outil permet de vendre facilement des produits numériques. Une fois la commande passée, le client reçoit automatiquement un mail avec le lien vers l’atelier. Cela me permet également de générer des codes promos ou de faire de l’affiliation. Gumroad transfert ensuite l’argent vers mon compte Paypal.

Update : Je le vends désormais en utilisant les outils intégrés avec Webflow.


Créer un business autour du lifestyle que l’on désire

Avant de me lancer dans cette aventure, j’ai passé plus de trois années dans le monde des startups, d’abord en tant que CEO, puis en tant que salarié. Si j’en ai eu ma claque, j’ai tout de même appris beaucoup de choses sur l’entrepreneuriat.

En quittant Paris, j’ai rédigé un article Linkedin sur ce que j’avais appris.

Aujourd’hui, j’entreprends d’une manière complètement différente. Je cherche à construire la meilleure entreprise d’une seule personne : moi-même.

Je ne souhaite plus maximiser l’argent, mais plutôt ma liberté. Cela vient d’une profonde modification de ma perception de ce qu’est la réussite (en témoigne ce post qui a cassé Linkedin).

Mon objectif principal n’est plus lié à ce que je veux posséder. Il est lié à qui je veux devenir : un explorateur.

Aujourd’hui, il se traduit par relever 100 challenges à travers le monde. Mon business n’est là qu’en arrière-plan pour soutenir cette vie d’aventures.

Étant minimaliste, je dépense assez peu. Je détaillerai bientôt les chiffres dans un hors-série qui répondra concrètement à la question que vous me posez le plus : “Comment est-ce que tu gagnes ta vie ?”.


*Girouette stylistique* : passage du “vous” au “tu”, parce que là on va se parler droit dans les yeux.


Pour terminer, laisse-moi dézinguer tous ces arguments qui te pourrissent la vie depuis bien trop longtemps :

  • Tu n’as pas besoin d’argent pour démarrer.

  • C’est OK si tu ne sais pas comment faire. Tu apprendras en chemin.

  • Les gens sur internet s’en fichent de tes diplômes. Tu n’as besoin de la permission de personne.

  • Tu ne plairas pas à tout le monde, peu importe ce que tu fais. Si quelqu’un t’insulte, c’est qu’il souffre. Aie de la compassion.

  • Si tu essayes et que tu échoues, ta peine disparaîtra rapidement. Si tu échoues à essayer, ta peine ne disparaîtra jamais.

C’est le moment de te souvenir de la personne que tu veux devenir et de sortir ce vieux projet du placard. Tu n’as plus d’excuses pour ne pas commencer :

  • Un ordinateur et tu peux écrire sur un blog ou produire du code.

  • Un smartphone et tu peux lancer une chaîne YouTube.

  • Un micro et tu peux démarrer un podcast.

La vie est une succession de décisions.

J’ai tourné ma première vidéo de voyage avec un vieil Honor 7. J’ai totalement improvisé le montage avec un logiciel piraté et buggé. J’ai publié sur YouTube sans comprendre ce que je faisais. J’avais peur de ce que mes potes diraient.

Honnêtement, elle est naze, mais elle existe. Aujourd’hui, je remercie le Ulysse de 2016 d’avoir fait ces choix.

Se comparer aux autres ne fonctionne jamais. La seule personne à qui tu auras des comptes à rendre, c’est à ton futur toi.

Alors, quelles décisions prendras-tu ?

À très vite, pour ce hors-série sur “comment je gagne de l’argent”,

Ulysse

*Fin de la girouette stylistique*


Le saviez-vous ?

J’ai lancé un atelier d’introspection en 40 jours pour apprendre à se connaître.

En le parcourant, vous apprendrez à évaluer votre situation, à faire de meilleurs choix, et à reconnecter avec vos rêves.

Chaque jour, vous découvrirez des ressources à explorer, des citations à méditer, et surtout, des questions à vous poser.

Découvrir l'atelier d'introspection


Quelqu'un vous a envoyé cet article ? Cette personne vous estime ! Abonnez-vous pour recevoir les prochaines éditions.